homme sagittaire

sagittaire
23 novembre au 22 décembre
LE SAGITTAIRE AU MASCULIN

Comment le reconnaître ?

Il est généralement bel homme, grand, bien bâti. Comme les hommes l’étaient naguère. C’est-à-dire avec des épaules, un torse puissant (ceux qui inspiraient Michel Ange…), un bassin ni trop mince ni trop large et des cuisses musclées. Pas du tout le style minet à enfermer dans une veste étriquée, pas du tout du type androgyne qu’on regarde en se posant des questions.

Ce centaure bascule parfois du côté du cheval et parfois du côté de l’archer. Le premier, plus « physique » que le second possède une croupe puissante et un air de robuste santé. Il respire le sportif, l’athlète heureux de sa force. Il a le visage carré, très construit, des traits réguliers, une bouche grande aux lèvres pleines, faite pour croquer dans les pommes et pour éclater d’un bon rire de géant innocent.

Le second est plus « spiritualisé ». Il a minci, s’est allongé. Le visage aussi – il a pris des airs en lame de couteau – le front a grandi ;1’oeil s’est « intériorisé » : Il est moins à « fleur de front ». La bouche moins gourmande, le nez plus fin et droit, aristocratique. Cet « archer » a de l’allure et de la noblesse. Parfois le guette une calvitie précoce, tandis que son frère « cheval », lui, s’il cesse de pratiquer les sports où il excelle, prendra de l’embonpoint vers la cinquantaine.

Le Sagittaire parfait est celui qui concilie en lui-même le cheval et l’archer, l’instinct et l’esprit, la liberté et l’ordre. Il devient alors le Centaure accompli… qu’on reconnaîtra dans des personnages tels que Mermoz, superbe athlète au noble visage, devenant par la grâce de l’avion qu’il pilotait, « frère de ses flèches », selon le mot d’un autre Sagittaire, Paul Delmet. Et si un acteur pouvait interpréter le rôle de Mermoz, on n’imagine qu’un Jean Marais, autre représentant du signe.

Comment se porte-t-il ?

Tant qu’il mène une vie saine, il se porte bien. Mais il a deux ennemis : sa nature gourmande et son foie fragile. Et, comme de surcroît, c’est un émotif, son foie – et sa vésicule biliaire – ont de meilleures raisons encore de réagir. Il fait partie des hommes qui rougissent; d’émotion, de colère, de plaisir…

Il y a une chose qu’il ne supporte pas : la sédentarité. Il lui faut ; du mouvement, de l’activité. La tradition lui accorde un point faible : la hanche et les cuisses. Cela l’expose parfois à des sciatiques, à des coxalgies… Il doit se méfier des contractures musculaires et des crampes dans la cuisse, des claquages, lorsqu’il fait de l’entraînement par exemple.

Gourmand, il a tendance à aimer tout ce qui ne lui convient pas : les plats en sauce, les charcuteries, les beignets, les bons vins… toutes choses fort appréciables mais que son foie apprécie moins.

Il a tendance à dormir beaucoup : c’est son meilleur mode de défense contre la maladie. Parfois, lorsqu’il est malade, on le voit se coucher, les deux poings fermés, résolu à plonger dans un sommeil réparateur, sans avoir recours aux médecins ni absorber le moindre médicament.

Parfois, sa nature émotive lui vaut de réagir au niveau cutané : boutons de fièvre, herpès, eczéma l’affectent lorsqu’il est contrarié et n’a pas su « sortir » de façon directe et spontanée son agressivité. Notons aussi une fragilité des voies respiratoires.

Avant tout, le Sagittaire doit éviter les surcharges… Ne pas trop manger, ne pas trop boire, dormir le nécessaire mais pas plus et surtout faire de l’exercice, ne serait-ce que dix minutes de gymnastique par jour. Il a tendance en effet à faire de l’auto-intoxication, à ne pas éliminer suffisamment.

A l’âge mûr, de surcroît, pour peu qu’il se laisser aller à bien vivre, à boire un peu trop de vin et de digestifs, à fumer trop de cigares… et à rester assis toute la journée, il deviendra sujet aux désordres pléthoriques, à la couperose…

Il semble véritablement que tout dépende de son hygiène de vie; on peut dire de lui, plus que d’un autre, qu’il a la vieillesse qu’il mérite… Sur le plan homéopathique, on lui conseillera Silicea. Sur le plan alimentaire, les grillades, les poissons grillés, plutôt que les fritures. Il devra manger des légumes verts frais, des carottes, des céleris, des salades, des fruits : groseilles, pamplemousses, pommes et poires, compotes, etc.

Parmi les sports qui lui conviennent, citons entre autres: l’équitation, l’escrime, l’athlétisme sous toutes ses formes.

Comment réagit-il ?

La symbolique du signe, c’est le voyage, le dépassement des frontières. Paul Éluard, poète du signe, n’écrivait-il pas : « On n’est bien qu’ailleurs… » Ce qui traduit bien l’insatisfaction profonde du Sagittaire toujours désireux d’autre chose et même soucieux d’être autre que ce qu’il est, meilleur, plus aimé, plus « aimable »…

II y a donc en lui volonté de progrès et en même temps une très remarquable bonne volonté qui lui permettent d’aller plus loin. Par ailleurs, il possède un solide fond d’optimisme, une sorte de confiance en sa bonne étoile et en lui-même. Et cet optimisme est le plus souvent récompensé; on appelle ça la chance.

Il attire les confidences, a tendance à intervenir dans la vie des autres, à donner des conseils. « Chargé de mission », il est toujours : prêt à défendre la veuve et l’orphelin, à jouer les mousquetaires, à se mettre en quatre pour son entourage.

L’un des côtés les plus sympathiques de sa nature, c’est son aspect aventurier, au sens noble du terme; comme on saluait autrefois les membres des grands comptoirs des Indes par un « Messieurs les aventuriers » du meilleur aloi. Il a le goût du risque; c’est un joueur de poker dans la vie (et d’ailleurs un « tapeur de carton » fanatique), qui fait preuve d’audace et compte sur sa chance autant que sur ses très réelles qualités d’organisation et ses , non moins réelles compétences.

On trouve en lui une double nature : un côté anarchiste, rebelle, instinctif, capable de relever bien des défis… et un côté conformiste, bourgeois, respectueux de la loi et de l’ordre. Parfois, d’ailleurs, il vivra les deux. J’ai connu un Sagittaire espagnol qui faisait partie de la police maritime des douanes et qui, un jour, a décidé de passer du côté des contrebandiers ; pour connaître autre chose, pour jouer à un autre jeu et pour se débarrasser de quinze ans de bonne conduite!

On trouve chez le Sagittaire beaucoup de gentillesse, un rire facile, de l’assurance et un intérêt sincère et spontané pour ceux qu’il rencontre. On le trouve sympathique, mais on lui en veut . parfois parce qu’il fait des promesses qu’il ne tient pas : il croit qu’il pourra les tenir et puis ça lui fait tellement plaisir de faire plaisir… mais il est égoïste et oublieux et ne sacrifie jamais son, confort pour autrui. Un côté gaffeur qui lui donne quelques ;remords. C’est son côté primitif, « brut »… il prête aux autres sa propre santé!

Il est susceptible et supporte mal la critique. Toutefois, avec, du temps, il finit par admettre ses torts. Mais il s’emballe, s’indigne, s’enthousiasme, pique de violentes colères, défend avec véhémence ses opinions; et il est alors, sur l’instant, impossible’ de lui faire changer d’avis. On l’ « a » au sentiment.

Il lui faut une grande cause, de nobles buts, des aspirations ambitieuses. Sans eux, la vie lui paraît sans couleur et sans joie et il est capable de plonger dans les abîmes de la dépression. Mais il remonte aussi vite qu’il est descendu. Un fond d’esprit religieux, même chez le plus athée. Parce qu’il faut bien croire à quelque chose. Et pour beaucoup, c’est un refuge.

Pour quoi est-il fait ?

Le Sagittaire est à l’aise dans toutes les professions où il est en contact avec les autres et plus encore si ce sont des étrangers ou si sa vie professionnelle exige des voyages. Ayant le sens des affaires, il peut aussi fort bien réussir comme voyageur de commerce ou dans l’import-export qui le mettra en rapport avec des gens d’autres pays ; ou dans 1e journalisme, le reportage, les professions d’interprète, comme membre d’une agence de voyages, animateur de clubs de loisirs… .

Il réussit en général brillamment dans ses études et cela peut aussi bien le mener vers la voie commerciale ou administrative, vers les sciences politiques ou l’économie., Il peut devenir un haut fonctionnaire, un « énarque » ; la fonction est pour lui importante et il n’est pas insensible aux honneurs. Il fait partie de ceux qui ont une faiblesse pour les légions d’honneur et autres rubans…

On le voit attiré par la philosophie, la théologie, l’histoire des religions, l’histoire moderne plutôt qu’ancienne, l’enseignement… A condition qu’il s’adresse à des êtres déjà parvenus à un certain niveau de connaissances. Car c’est un excellent pédagogue mais il s’intéresse aux intelligences déjà éveillées.

Il éduquera d’ailleurs les corps aussi volontiers que les esprits et en le verra moniteur d’éducation physique ou entraîneur sportif. Il est en général très indépendant et supporte mal f autorité d’un autre ; et c’est pourquoi, lorsqu’il est fonctionnaire, il ne tarde pas à se trouver au sommet de la hiérarchie… ‘

Comment aime-t-il ?

L’homme du Sagittaire a une âme de Pater Familias. Il impose en douceur son autorité et il ne lui viendrait pas même à l’esprit qu’on puisse le contester. Il aime être entouré et construit volontiers une grande famille.

On retrouvera en lui cette dualité déjà signalée qui lui donne à la fois un côté a popote a dans la vie de tous les jours, attaché aux heures des repas et à l’ordonnance des mets, à la télévision le soir ou à la partie de cartes… et le côté amoureux du changement, qui : aime recevoir – fastueusement – ou sortir, voir des amis, entreprendre un voyage… et mener une vie plus ou moins secrète. Il ‘ est fréquent d’ailleurs qu’il y ait alternance entre ces deux styles ; de vie : hyperfamilial, hyperindépendant…

Lorsqu’il est amoureux, il est complètement « investi » par ; l’autre; il ne pense plus que par l’autre, réagit à la moindre de ses attitudes, au moindre de ses regards. Et puis, d’un seul coup, il se détache et il ne sera alors plus mû que par une vague pitié. Quand il n’aime plus, inutile de lui demander un effort. Ce qu’il accomplira ne sera plus fait que par devoir.

Lorsque le Sagittaire « cheval » domine, les aventures peuvent , se succéder, toujours teintées de sentimentalité, d’un certain « romanesque » surtout. Mais c’est alors la pulsion instinctive qui dirige le choix, le désir de conquête qui l’emporte. Lorsque le Sagittaire « archer » prime, on a affaire à un homme aspirant à la perfection – et qui croit souvent la rencontrer – qui sacrifiera toujours ses aventures à son foyer, à sa femme.

Et si c’était…

Au jeu du portrait chinois, si on nous posait la question : et si c’était un animal, nous serions tenté de répondre, selon les nuances : un cerf, un dauphin, un zèbre, un chien… ou un mustang!
Si c’était un arbre, il aurait la force et la noblesse du hêtre-aux feuilles d’or et au tronc lisse.
Une fleur : le glaïeul.
Un condiment : le romarin ou 2a menthe. Si c’était une plante : un thuya.
Son métal : l’étain.
Ses couleurs : le pourpre, le bleu nuit, le violet ou le parme. Une pierre : le grenat, l’hyacinthe.
Un parfum : la bergamote, le cédrat, le cuir de Russie. Un instrument de musique : le saxophone ou les orgues.
Et si c’était un objet de collection : des étains, des souvenirs de voyage, des objets du monde entier…